logo Riopelle Studio logo Riopelle Studio logo Riopelle Studio

Rencontrer Riopelle

Pour mieux comprendre cet artiste plus grand que nature, explorer les ressources suivantes.

Lire plus

Né à Montréal le 7 octobre 1923, Jean Paul Riopelle est un artiste canadien et québécois d’envergure internationale. Pendant sa longue carrière, il a abordé les techniques les plus diverses et produit près de 7000 oeuvres. Il a particulièrement exploité la peinture, la gravure et la sculpture. Il a exposé partout dans le monde et s’est démarqué par son style unique, à la croisée des mouvements surréalistes, automatistes et «all over». Il a abordé autant l’abstraction que la figuration tout en faisant fi de leurs frontières respectives. Jean Paul Riopelle est décédé le 12 mars 2002 à Saint-Antoine-de-l’Isle-aux-Grues.

Voici une capsule vidéo de Studio Riopelle présentant l'enfance et l'adolescence de Jean Paul Riopelle.
Son enfance
Son adolescence
Sa vie de jeune adulte
Sa carrière en France
Son décès

Riopelle à travers le temps

De sa naissance en 1923 sur la rue De Lorimier à Montréal jusqu’à son décès à L’Isle-aux-Grues en 2002, Jean Paul Riopelle aura connu une vie riche, créative et libre. Une vie dont les lignes de force seront établies très tôt : une passion pour la nature, un goût de la découverte et un engagement total dans l’art.

Son enfance

Jean Paul Riopelle enfant, vers 1926, archives Yseult Riopelle

Jean Paul Riopelle enfant, vers 1926, archives Yseult Riopelle

L’enfance de Riopelle

1923-1935

  • Jean Paul Riopelle naît le 7 octobre 1923 à Montréal
  • Il est le fils d’Anna et de Léopold Riopelle
  • Enfant, il dessine et va à la pêche avec son père
  • Il rêve de devenir ingénieur, mécanicien automobile ou joueur de hockey professionnel!

Son adolescence

Jean Paul Riopelle, Hibou premier, huile sur carton-toilé, 40,5 x 30 cm (1939-1941) © Succession Jean Paul Riopelle / SOCAN (2022)

Jean Paul Riopelle, Hibou premier, huile sur carton-toilé, 40,5 x 30 cm (1939-1941) © Succession Jean Paul Riopelle / SOCAN (2022)

L'adolescence de Riopelle

1936-1939

  • À partir de 1936, il fréquente l’école St-Louis-de-Gonzague à Montréal, puis le Mont Saint-Louis
  • La même année, il commence ses cours privés de dessin avec Monsieur Bisson
  • En 1938, il assiste à une conférence du naturaliste Grey Owl qui lui inspirera sa passion pour la nature, la faune et l’environnement
  • En 1939, il se joint aux scouts du clan Saint-Jacques et se passionne pour la vie dans la nature

Sa vie de jeune adulte

Riopelle à Saint-Fabien-sur-mer, vers 1941, archives Yseult Riopelle

Riopelle à Saint-Fabien-sur-mer, vers 1941, archives Yseult Riopelle

Le jeune adulte Riopelle

1940-1946

  • En 1942, Riopelle entre à l’École polytechnique de Montréal
  • En 1943, il s’inscrit à l’École du meuble. Il y rencontre le professeur Paul-Émile Borduas
  • En 1944 et 1945, il séjourne à Saint-Fabien-sur-Mer et peint des paysages
  • En 1946, il peint dans un hangar avec quelques camarades qui sont aussi des élèves de Borduas: ils deviendront « les automatistes »
  • Il épouse sa petite amie de jeunesse, Françoise Lespérance, et le couple s’installe en France

Sa carrière en France

Jean Paul Riopelle et Pierre Gauvreau, Couverture du manifeste Refus global, 1948, Encre sur papier, 21,5 x 18,5 cm © Successions Jean Paul Riopelle et Pierre Gauvreau / SOCAN (2022)
<p>Pierre Gauvreau et Claude Gauvreau, Page titre du manifeste Refus global, 1948, Encre sur papier, 21,5 x 18,5 cm © Successions Pierre Gauvreau et Claude Gauvreau / SOCAN (2022)</p>

Jean Paul Riopelle et Pierre Gauvreau, Couverture du manifeste Refus global, 1948, Encre sur papier, 21,5 x 18,5 cm © Successions Jean Paul Riopelle et Pierre Gauvreau / SOCAN (2022)

Pierre Gauvreau et Claude Gauvreau, Page titre du manifeste Refus global, 1948, Encre sur papier, 21,5 x 18,5 cm © Successions Pierre Gauvreau et Claude Gauvreau / SOCAN (2022)

Une carrière en Europe

1947-1989

  • En juin 1947, Riopelle signe le texte Rupture inaugurale solidairement avec André Breton et le groupe des surréalistes
  • En 1948, il revient au Québec et signe le manifeste Refus global
  • Ses filles Yseult et Sylvie naissent en 1948 et 1949
  • En France, dans les années 1950 et 1960, il acquiert une renommée internationale comme peintre et sculpteur
  • Plus tard, dans les années 1970, il effectue des voyages de chasse et de pêche dans le Grand Nord canadien et la nature imprègne de plus en plus ses œuvres
  • Fin 1989, Riopelle revient s’établir au Québec

Son décès

Jean Paul Riopelle, L&#8217;Hommage à Rosa Luxemburg, techniques mixtes sur toile, 155 x 4039 cm (ensemble), triptyque (1992) © Succession Jean Paul Riopelle / SOCAN (2022)

Jean Paul Riopelle, L’Hommage à Rosa Luxemburg, techniques mixtes sur toile, 155 x 4039 cm (ensemble), triptyque (1992) © Succession Jean Paul Riopelle / SOCAN (2022)

Le décès de Riopelle

1990-2002

  • À l’automne 1992, à l’annonce de la disparition de Joan Mitchell, qui fut sa compagne pendant 25 ans, Riopelle crée l’imposante fresque dédiée à sa mémoire, L’Hommage à Rosa Luxemburg
  • Il s’éteint le 12 mars 2002, à sa résidence de L’Isle-aux-Grues, dans le monde des oies blanches

Pour en savoir plus, visiter le site de notre partenaire, l’Institut de l’art canadien :

Livre d’art Jean Paul Riopelle, sa vie et son œuvre